Escapade sur le Rhône d’Avignon à Arles, dans le sillage du poème de Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve,  accompagnée de lectures tout au long du trajet.

O flume, lié reiau de touto reiauta !
recampes tout soulèu i reco de la terro
que touto aigo vers tu adus touto clarta !
Fau qu’atrives tambèn lou rei mort e la sero
pèr li counfoundre ensèmble au clot
di ribo abouscassido ount cascaioun ti flot.

Ô fleuve, lit royal de toute royauté,
tu recueilles tout soleil aux ravins de la terre
puisque toute eau vers toi apporte toute clarté !
Il faut que tu attires pareillement le roi mort et le soir
pour les confondre ensemble au creux
des rives boisées où clapotent tes flots.

Istòri dóu Rei mort qu’anavo à la desciso — Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve, Pouèmo II, p. 122

Davales, tranquilas… Passes, o rèi, davans
de baselico en flour ount plouron de béulòli ;
e creson, li creserèu, que i’a de trevan
pèr ploura quauque rèi d’uno autro metroupòli
que vèn, esprès, de vira l’iue
pèr navega davans sa vilo à miejo-niue.

Tu descends, fort paisible… Tu passes, ô roi, devant
des basiliques en fleurs, où pleurent des chats-huants ;
et croient, les crédules, qu’il est des esprits
pour pleurer quelque roi d’une autre métropole
qui vient d’expirer tout exprès
pour naviguer devant leur ville à la minuit.

 

Passes, o rèi, davans de tourre e de dounjoun
ount d’astroulò passon sa man dedins sa barbo
sèns coumprene jamai quete liame rejoun
lis astre pèr sa coueto e n’en sarra la garbo
sèns que ié toumbe sus lou su
e quau pòu la teni d’un poung tant calossu…

Tu passes, ô roi, devant des tours et des donjons
où des astrologues passent leur main dans leur barbe
sans comprendre jamais quel lien réunit
les astres par la tige pour en serrer la gerbe
sans qu’elle leur tombe sur la tête
et qui peut bien la tenir d’un poing si musculeux…

Istòri dóu Rei mort qu’anavo à la desciso — Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve, Pouèmo II, p. 126

Fin qu’au soulèu canto soun oumbro is Aliscamp,
e noun tapon li vènt ni lis aigo clarino
la memòri d’un rèi qu’eterniso soun cant.
Ansin dessus li mar volo l’aiglo marino
que seguis li vènt alisa
sèns trouba l’autro ribo ount poudrié se pausa.

Jusqu’au soleil chante son ombre aux Alyscamps,
et ni les vents ni les eaux à voix claire ne recouvrrent
la mémoire d’un roi que son chant éternise.
Ainsi, sur les mers, vole l’aigle marin
qui suit les vents alizés
sans trouver l’autre rive où il pourrait se poser.

Istòri dóu Rei mort qu’anavo à la desciso — Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve, Pouèmo II, p. 134