Escapade vers Arles en passant par les chapelles romanes de Saint-Gabriel et de Sainte-Croix à Montmajour (lectures extraites du Cantique pour notre Âme romane). Arles, les arènes, Saint-Trophime, le Rhône, les Alyscamps (lectures tirées du Petit Zodiaque illustré, Poème pour Ève, inédits d’Images romanes de Provence, Histoire du Roi Mort qui descendait le Fleuve).

Saint-Gabriel

E coumo lou divin demouro famihié !
Vòsti sant an memo caro que nòsti pastre,
e coumo Evo, moun Diéu, sèmblo nòsti mouié !
E coumo Adam nous sèmblo à travès si malastre !
Es, moun Diéu, qu’en plen vènt avèn mes l’ataié
              e que la glòri nostro
nautre l’avèn retracho en racountant la vostro. 

Et, combien le divin demeure familier !
Vos saints ont mêmes visages que nos bergers,
et combien Ève, mon Dieu, ressemble à nos femmes !
Et combien Adam nous ressemble à travers ses malheurs !
C’est, mon Dieu, qu’en plein air était notre atelier
et que notre gloire, nous,
nous l’avons retracée en racontant la vôtre.

Cantico pèr nosto Amo roumanoCantique pour notre Âme romane

Montmajour, Sainte-Croix

E, moun Diéu, quauco part, en Arle, en Avignoun,
vuei qu’un travai bèn fa devèn causo poussiblo
d’abord que siéu à mand d’èstre un bon coumpagnoun
e que, pèr lou cisèu, pode leissa la tiblo,
sus lou gres de mi vièi engrave voste noun
          pièi, alentour, ié crose
lou blad de moun vilage emé la flour de Rose. 

Et, mon Dieu, quelque part, à Arles, à Avignon,
maintenant qu’un travail bien fait devient possible
puisque je suis sur le point d’être un bon compagnon
et que, pour le ciseau, je puis laisser la truelle,
sur la pierre de mes aïeux je grave votre nom
puis, autour, j’y enlace
le blé de mon village et la fleur du Rhône.

Cantico pèr nosto Amo roumano — Cantique pour notre Âme romane

Arles

Dise : vilo, ma vilo ! e te vese, eilabas,
coumo uno isclo que l’or d’uno ersejado doublo,
tant pèr cèu que pèr terro, embrumo si roucas.
Vilo dei meissounaire ensarrado d’estoublo,
         ai jamai sachu  demescla
se sentien, teis oustau, lou soulèu o lou blad. 

Je dis : ville, ma ville ! Et je te vois au bord de la vallée
comme une île dont l’or d’un double élan de vagues,
venu du ciel aussi bien que de la terre, embrume les rochers.
Ville des moissonneurs tout entourée d’éteules,
je n’ai jamais su démêler
si tes maisons sentaient le soleil ou le blé.

Lou Pichot Zoudiaque ilustra : Lou Lioun — Le Petit Zodiaque illustré : Le Lion, Pouèmo II, p. 154