Escapade littéraire à Glanum et Château-Bas, avec des lectures du Chant VII du Cant de la tèsto pleno d’abiho (Chant de la tête pleine d’abeilles).

Mounte soun li bèu diéu dins lou maubre esculta
e lou pastre grava dins la lauso arcaïco ?
An toumba dins l’óublit sènso mai resista
e li pèis couëjant subre sa mousaïco
            se soun nega, pres au fielat,
dins un grand oucean pèr la niue coumoula.
 

Où sont les beaux dieux dans le marbre sculptés
et le berger gravé dans la dalle archaïque?
Ils sont tombés sous l’oubli sans autre résistance
et les poissons remuant la queue sur leur mosaïque
se sont noyés, pris au filet,
dans un grand océan comblé par la nuit.

Cant de la tèsto pleno d’abiho — Chant de la tête pleine d’abeilles, Pouèmo V, p.  106

 

Eu, de l’estounamen sènt sis iue se gounfla
que tant de maubre à bóudre e de test de téulisso,
tant de coulouno routo e de pourtegue ascla
ié vènon remembra lis oustau long di liço
               e, dins li tros d’un quiéu-de-four,
la baselico en glòri à la crous dóu cafour.

Lui, de l’étonnement, sent ses yeux se gonfler,
car tant de marbres épars et de tessons de toitures,
tant de colonnes brisées et de portiques lézardés
lui viennent rappeler les maisons le long des avenues
et, dans les fragments d’une abside,
la basilique en gloire à la croix du carrefour.

Cant de la tèsto pleno d’abiho — Chant de la tête pleine d’abeilles, Pouèmo V, p. 102

 

 

« Perqué — se pènson — sian aqui tóuti rejoun
coume au claus de sa jasso un rai de moutounaio
o coume dins sa tourre un nivo de pijoun ?
Au mai prefound dóu cor quet rampèu de sounaio
             o quet istint bèn mai qu’anti
dins li mémi rampar nous amoulouno-ti ? »

« Pourquoi — pensent-ils — sommes-nous là tous réunis
comme au milieu de sa bergerie un troupeau de moutons
ou comme dans leur tour une nuée de pigeons ?
Au plus profond du coeur quel appel de sonnaille
ou quel instinct bien plus qu’antique
dans les mêmes remparts vient-il nous rassembler ? »

 

Belèu n’es rèn, proumié, que, di roco espilant,
l’aigo sènso sournun d’uno font miraclanto :
e la chourmo póussouso e lasso d’ana plan,
un jour, à bout d’alen, pèr s’abéura s’aplanto.
               Se dison pièi, li vouiajour,
que poudrien viéure à ras d’aquelo aigo, toujour.

Peut-être n’est-ce rien, d’abord, que, coulant des roches,
l’eau sans ombres d’un fontaine miraculeuse :
et la horde poussiéreuse et lasse d’avancer lentement
un jour, à bout de souffle, pour s’abreuver s’arrête.
Les voyageurs se disent alors
qu’ils pourraient, pour toujours, vivre auprès de cette eau.

Cant de la tèsto pleno d’abiho — Chant de la tête pleine d’abeilles, Pouèmo V, p.  104