Escapade littéraire sur le parcours du Cortège de la Belle Saison (Grans, Cornillon, la Touloubre, Pont-Flavien, Petite Camargue de Saint-Chamas).

Éu pourtavo sa roso ardento e si raioun,
en bouscant quauque amour qu’èro encaro de soubro
dins un pantai de vilo eila vers Cournihoun…
eavaucavo de long l’enfuiado Touloubro
e tremudavo en paradis
à l’aflat de sa flour li pus pàuri pendis.

Il portait sa rose ardente et ses rayons
en cherchant quelque amour qui demeurait encore
dans un rêve de ville, là-bas, vers Cornillon…
Il chevauchait le long de la Touloubre enfeuillée
et, sous l’influence de sa fleur,
il transmuait en paradis les plus pauvres côteaux.

Pèiro escricho de la Roso — Pierre écrite de la Rose, Pouèmo II, p. 102.
 

I’a lou valat de la baisso que vai lou long
la draio mounte vas, o prince, emé ta colo ;
quouro vènen travers, lou passes sus un pont
e devistes alor au founs dis aigo folo
li r
óugi cor, li drapèu blanc
ansin qu’uno bugado estampado de sang.

Il y a le ruisseau de la vallée qui accompagne
le chemin où tu vas, ô prince, avec ta troupe ;
lorsqu’il vient en travers, tu le passes sur un pont
et tu discernes alors au fond des folles eaux
les rouges cœurs, les drapeaux blancs
ainsi qu’une lessive estampée de sang.

Courtege de la bello sesoun — Cortège de la belle saison, Pouèmo I, p. 74.