Escapade littéraire à Marseille avec sortie en mer. Lectures extraites de : Pouèmo pèr Evo, ço que Tristan se disié sus la mar, Lusernàri dou cor flecha, Ouresoun de l’Ome de vèire.

 

 

Que countèmple uno vóuto, en aplanant moun vanc,
mis isclo, mi belòri à l’escrin de la rado !
Que je contemple un moment, en arrêtant ma course,
mes îles, mes joyaux à l’écrin de la rade !

Ouresoun de l’Ome de Vèire – Oraison de l’Homme de Verre, Pouèmo IV, p. 114

 

Darnié li mast tapant d’un mesclun de fourèst
tant veissèu prefoundié que beto de pescaire,
darnié li quèi garni de banasto e d’arrèst,
de la gleiso dóu founs à-n-aquéli de caire,
vese un bàrri d’oustau levant
si bigado en pavés autour de l’arrivant.

Derrière les mâts recouvrant d’un fouillis de forêt
aussi bien vaisseaux de grand tirant d’eau que barques de pêcheurs,
derrière les quais encombrés de corbeilles et de filets,
de l’église du fond à celles qui sont par côtés,
je vois un rempart de maisons élevant
leurs lessives en pavois autour de l’arrivant.

Ouresoun de l’Ome de Vèire – Oraison de l’Homme de Verre, Pouèmo IV, p. 118

Lou pouèmo que dise es uno grando flour
que s’emparo d’un cor, pièi un cor estalouiro
dins un rond que fai naisse un round mai vaste autour.
Ansin la mar fin qu’à si ribo se doulouiro,
en tremudant en flot cantant
lou mau incouneigu que brèsso en soun mitan.

Le poème que je dis est une grande fleur
qui s’empare d’un cœur pour le répandre ensuite
en un un rond qui fait naître un rond plus vaste autour.
Ainsi la mer jusqu’à ses rives se lamente,
en transmuant en flots chanteurs
le mal sans nom qu’elle berce au milieu d’elle.

Ço que Tristan se disié sus la mar — Ce que Tristan se disait sur la mer, Pouèmo I, p. 210