Catégorie : Escapades littéraires (Page 2 sur 2)

Vers Arles : 3 mai 2008

Escapade vers Arles en passant par les chapelles romanes de Saint-Gabriel et de Sainte-Croix à Montmajour (lectures extraites du Cantique pour notre Âme romane). Arles, les arènes, Saint-Trophime, le Rhône, les Alyscamps (lectures tirées du Petit Zodiaque illustré, Poème pour Ève, inédits d’Images romanes de Provence, Histoire du Roi Mort qui descendait le Fleuve).

 

Saint-Gabriel

E coumo lou divin demouro famihié !
Vòsti sant an memo caro que nòsti pastre,
e coumo Evo, moun Diéu, sèmblo nòsti mouié !
E coumo Adam nous sèmblo à travès si malastre !
Es, moun Diéu, qu’en plen vènt avèn mes l’ataié
              e que la glòri nostro
nautre l’avèn retracho en racountant la vostro. 

Et, combien le divin demeure familier !
Vos saints ont mêmes visages que nos bergers,
et combien Ève, mon Dieu, ressemble à nos femmes !
Et combien Adam nous ressemble à travers ses malheurs !
C’est, mon Dieu, qu’en plein air était notre atelier
et que notre gloire, nous,
nous l’avons retracée en racontant la vôtre.

Cantico pèr nosto Amo roumanoCantique pour notre Âme romane.

 

Tarascon_Saint_Gabriel_42

 

 

 

 

 

 

Chapelle Saint Gabriel (Tarascon), tympan.

Wikimédia Commons « Tarascon Saint Gabriel 42 » par Reinhardhauke —
Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons –
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Tarascon_Saint_Gabriel_42.JPG#
/media/File:Tarascon_Saint_Gabriel_42.JPG

 

st-gabriel-11_2

 

 

 

 

Détail du tympan : Adam et Ève avec le serpent.

 http://jalladeauj.fr/obscenite/page1/page2/files/st-gabriel-11_2.jpg

Montmajour, Sainte-Croix

E, moun Diéu, quauco part, en Arle, en Avignoun,
vuei qu’un travai bèn fa devèn causo poussiblo
d’abord que siéu à mand d’èstre un bon coumpagnoun
e que, pèr lou cisèu, pode leissa la tiblo,
sus lou gres de mi vièi engrave voste nounAbbaye de Montmajour (Bouches-du-Rhône, France, 2008)
          pièi, alentour, ié crose
lou blad de moun vilage emé la flour de Rose. 

Et, mon Dieu, quelque part, à Arles, à Avignon,
maintenant qu’un travail bien fait devient possible
puisque je suis sur le point d’être bon compagnon
et que, pour le ciseau, je puis laisser la truelle,
sur la pierre de mes aïeux je grave votre nom
puis, autour, j’y enlace
le blé de mon village et la fleur du Rhône.

Cantico pèr nosto Amo roumano — Cantique pour notre Âme romane.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Arles, abbaye de Montmajour.

par Airair — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Abbaye_de_Montmajour_%E2%80%94_
Vue_g%C3%A9n%C3%A9rale_(c%C3%B4t%C3%A9_est).jpg#/media/

Arles

Dise : vilo, ma vilo ! e te vese, eilabas,
coumo uno isclo que l’or d’uno ersejado doublo,
tant pèr cèu que pèr terro, embrumo si roucas.
Vilo dei meissounaire ensarrado d’estoublo,
         ai jamai sachu  demescla
se sentien, teis oustau, lou soulèu o lou blad. 

Je dis : ville, ma ville ! Et je te vois au bord de la vallée
comme une île dont l’or d’un double élan de vagues,
venu du ciel aussi bien que de la terre, embrume les rochers.
Ville des moissonneurs tout entourée d’éteules,
je n’ai jamais su démêler
si tes maisons sentaient le soleil ou le blé.

Lou Pichot Zoudiaque ilustra : Lou LiounLe Petit Zodiaque illustré : Le Lion, Pouèmo II, p. 154.

Arles vue du Rhône.

Cliché Anne Congès

Le long de la Touloubre : 12 mai 2007

Escapade sur les lieux d’inspiration de La Danse de la Pauvre Ensoleillée, du Cortège de la Belle Saison et du Lucernaire du Cœur Fléché.

Historique des lieux et lectures in situ : la Fontaine, Grans et sa rivière, Cornillon, l’oppidum de Constantine, l’Etang, le Pont-Flavien, Saint-Chamas, le port, les maisons troglodytes, puis l’étang de l’Olivier, celui d’Entressen et la Crau.

 

La Touloubre près de Grans

Lou loung d’uno ribiero en aquéu vilajoun
avèn cala lis iue subre lou tèms que coulo… 

Le long d’une rivière, en ce petit village,
nous avons baissé les yeux sur le temps qui coule…

Lusernàri dóu Cor flecha — Lucernaire du Cœur fléché, Pouèmo II, p. 256.

 

Constantine

Carrejan un sang grè dins noste sang ligour,
vièi sang terradounen autant vièi que li sabo… 

Le sang grec se mêle à notre sang ligure,
vieux sang terrien aussi vieux que les sèves…

Cantico pèr nosto Amo roumano — Cantique pour notre Âme romane.

 

La Touloubre en aval de Cornillon

Noun sabes rèn enca. Veses, sout li rampau,
li pège, arrengueirra parié que de coulouno,
di glèiso de fuiage acantouna li nau.
Veses, sout lis arcèu, l’espàci que raiouno
            d’aquelo roso en plen mitan
qu’estampo lou soulèu de soun cor esclatant.

Tu ne sais rien. Tu vois, sous les rameaux,
les troncs, alignés comme des colonnes,
soutenir les nefs des églises de feuillage.
Tu vois, sous les arceaux, l’espace qui rayonne
de cette rose au beau milieu
qu’imprime le soleil de son cœur éclatant.

Danso de la Pauro Ensouleiado — Danse de la Pauvre Ensoleillée, Pouèmo II, p. 12.

La Touloubre en aval de Cornillon.

Cliché Martine Mantoan

 

Le Pont-Flavien

Deja sabian que Roumo, estènt que sian si fiéu,
avié fa sout l’arcèu passa si legiounàri… 

Déjà, étant aussi fils de Rome, nous savions
qu’elle avait fait sous l’arceau passer ses légionnaires…

Cantico pèr nosto Amo roumano — Cantique pour notre Âme romane.

Un des arcs encadrant le Pont-Flavien.

Cliché Anne Congès

 

Page 2 sur 2

copyright Centre Mas-felipe Delavouet 2021 Mentions Légales