A la fin de la Première Guerre mondiale, Philippe Pignol, grand-père maternel et parrain du poète se retire au Bayle-Vert où il meurt en 1921.

Déjà mentionné dans la carte de Cassini, le Bayle-Vert est un mas de Crau des 18ème et 19ème siècles, petite exploitation agricole, maintenu dans l’état peu à peu aménagé par le poète (maison, jardin, prairies et paysage alentour).
Lieu d’écriture et source d’inspiration, le Bayle-Vert, du vivant du poète, était un lieu d’accueil pour ses amis peintres, écrivains, photographes. Là, il conçut la totalité de son oeuvre poétique, théâtrale et littéraire, édita une collection de livres d’artiste (Les Livres du Bayle-Vert), créa un caractère typographique (Le Touloubre) et une oeuvre iconographique (gravures, dessins, tapisseries…).

Depuis mars 1996, le Bayle-Vert est un Lieu de mémoire, inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques et Maison des Illustres depuis l’automne 2014.

Le Bayle-Vert héberge depuis sa création en 2003, le Centre Mas-Felipe Delavouët, association membre de la Fédération nationale des Maisons d’écrivain et patrimoines littéraires.
Les anciennes écuries, bâtiment du 18ème siècle, lui ont été attribuées afin d’accueillir en résidence, chercheurs et artistes et d’aménager une salle d’exposition, dès que les travaux pourront être terminés.

Le Bayle-Vert est régulièrement ouvert au public sur rendez-vous et de 10 h à 12 h et 14 h à 18 h lors des manifestations.

 

Le Bayle-Vert

 

 

Les anciennes écuries en cours d’aménagement
(aménagement interrompu dans l’attente d’un financement complémentaire)

 

La vieille bergerie, lieu provisoire d’exposition